Modèle Carpocapse du pommier INRA v.1.1

Accès abonnés

» Mot de passe oublié ?

Pomme - Carpocapse INRA - v.1.1

Présentation du modèle

Ravageur redoutable des cultures de pommier, les dégâts sont occasionnés par les chenilles. Les attaques de ce ravageur diminuent la valeur quantitative et qualitative des récoltes de pommes. Il est répandu dans tous les pays qui cultivent du pommier.
La larve a un stade baladeur qui peut durer deux jours (légères morsures en surface). Le point de pénétration de la larve est souvent au contact de deux fruits, d’un fruit et d’une feuille ou dans la cavité de l’œil. Au début, les galeries sont en spirale et toujours encombrées de déjections. La larve se dirige vers le cœur et s’attaque aux pépins, ce qui provoque la chute du fruit (caractéristique du carpocapse). En grossissant, elle agrandit sa galerie ou en creuse une seconde .

Ce modèle est l'aboutissement d'un travail de thèse effectué à l'INRA de Montfavet sur la résistance du carpocapse aux insecticides.
Le modèle simule les cycles de développement du carpocapse à partir du moment où les conditions climatiques sont favorables.
Il regroupe en fait 2 modèles différents :

  • l'un reconstitue les différents cycles de l'insecte sensible
  • l'autre s'attache à l'insecte résistant.

Informations nécessaires :
Le point de départ du premier cycle du carpocapse doit être enregistré : c’est la date du Biofix. Elle est établie localement, lorsque la moitié des pièges d’un réseau de piégeage capture le premier papillon. Cette démarche est rendue difficile par l’augmentation des surfaces conduites en confusion sexuelle qui perturbe les informations de piégeage.
Seules les températures maxi et mini journalières à partir du 1er janvier de l’année considérée sont nécessaires.

Nom Type De Mesure Obligatoire Pas De Temps
Température Maximum Oui Quotidien
Température Minimum Oui Quotidien