» Mot de passe oublié ? » S'inscrire

Ctifl
» Accueil » Nos publications » Revues en ligne > Infos CTIFL

Infos Ctifl - Numéro 207 - décembre 2004

Infos Ctifl - Numéro 207 - décembre 2004


» Abonnez-vous à Infos Ctifl


"ADAPTER LES PRODUITS AU MARCHE EST LA FINALITE DE LA CREATION DU CTIFL"

Interview de Claude Bernet, directeur général de l'Agence de développement agricole et rural. Il présente le rôle de l'Adar, les défis du développement agricole, les principaux enjeux dans le domaine des fruits et légumes et les relations entre le Ctifl et l'Adar.

Jean François BLOCH BERTHIE (CTIFL) - C. BERNET, P. 4-5


LE 5EME SYMPOSIUM INTERNATIONAL DE LA NOIX - UNE REFLEXION DE GRANDE ENVERGURE

Compte rendu du 5ème symposium international sur le noyer qui s'est déroulé du 9 au 13 novembre 2004 à Sorrente en Italie.

Jean-Pierre PRUNET (CTIFL), P. 6


L'ETE 2004 POUR LES FRUITS ET LEGUMES - GROS PLAN SUR LES PRIX

Le bilan de la campagne d'été 2004 est globalement négatif avec -4.8 % de quantités achetées et -5.2 % de sommes dépensées par rapport à la moyenne. Cet été, le volume d'achat des ménages français se situe en dessous des campagnes 2000 (-9.9%), 2001 (-1.2 %) et 2002 (-1.4%) et un peu au-dessus de 2003 (+1.1%). Côté ménages, les sommes dépensées sont inférieures de 14.8% par rapport à 2003 et de 5.2% par rapport à la moyenne 2000/2003. Si le prix moyen, touts produits, de l'été 2004 est équivalent à la moyenne 2000/2003, il est nettement en dessous des trois dernières campagnes : -15.8% par rapport à 2003 et -3.54 % par rapport à 2002.

M. MOREAU RIO - C. LAFAGE, P. 8-15


LA QUALITE GUSTATIVE DE LA TOMATE - L'IMPORTANCE DES FACTEURS DE TEXTURE

Les critères de texture représentent souvent des facteurs prépondérants dans les préférences des consommateurs. Ils ne sont quantifiables qu'en analyse sensorielle, méthode précise mais lourde à mettre en oeuvre et ne permettant d'étudier qu'un petit nombre de lots. Pendant deux années un projet AQS a permis d'explorer différentes approches pour caractériser le critère "farineux". Deux variétés de tomate ont été décrites pendant les quatre premiers mois de production. Il apparaît que l'évolution de leurs critères de texture est différente.

Brigitte NAVEZ (CTIFL) - Natacha LESPINASSE (CTIFL) - Michel JOST (CTIFL), P. 16-21


LES ALTERNATIVES AU DESHERBAGE CHIMIQUE - DES SOLUTIONS POURRAIENT VENIR DU BIO

Le désherbage chimique présente des risques environnementaux, justifiant la recherche de moyens alternatifs d'entretien du sol des vergers. Un essai mis en place par le Ctifl sur son centre de Balandran dans le Gard, compare quatre méthodes d'entretien du sol dans le rang, dans un verger de pêches conduits en agriculture biologique. Parallèlement à l'évaluation agronomique et technico-économique de l'intérêt de ces méthodes, des indicateurs de la qualité physique, chimique et biologique du sol sont mis en oeuvre depuis deux ans. L'utilisation d'un paillage biodégradable pendant les premières années de vie du verger, puis l'implantation d'une couverture herbacée, partielle ou totale, avec des espèces peu concurrentes, sont les pistes de recherche privilégiées.

Alain GARCIN (CTIFL) - C. GUR, P. 22-26


LES CHAUVES-SOURIS ET VERGERS - LA DISTRIBUTION SPATIO-TEMPORELLE DES ANIMAUX

Le Ctifl a étudié de 2001 à 2003, en Costière du Gard, la distribution spatio-temporelle des chauves-souris autour des vergers. Ces mammifères sont des auxiliaires méconnus des cultures. Les résultats acoustiques montrent que le climat et la structure paysagère influencent beaucoup l'activité des animaux qui sont plus actifs et plus nombreux s'il fait chaud et en présence de grands arbres près de l'eau. Les haies et les vergers du domaine étudié ont été peu parcourus par les chiroptères, à cause des connexions paysagères insuffisantes et d'une faible productivité en insectes. De grandes différences dans la composition spécifique apparaissent selon les milieux, les vergers et les haies étant beaucoup riches que le site témoin.

Michel JAY (Ctifl) - Y. TUPINIER, P. 27-31


ECLAIRCISSAGE DU POMMIER - ANALYSE MULTILOCALE DES ESSAIS ETHEPHON EN APPLICATION PRE-FLORALE. 1ERE PARTIE

Suite à l'homologation récente de l'éthéphon sur pommier pour un usage "action sur le niveau de nouaison", cet article fait le point sur l'étude multisite réalisée à partir des essais conduits dans le cadre du groupe de travail Ctifl/stations régionales entre 1992 et 2002. La synthèse de ces travaux montre qu'une application pré-florale d'éthéphon induit globalement une réduction de nouaison de 30% mais avec une forte variabilité allant de l'absence d'efficacité jusqu'au sur-éclaircissage. Cette réduction pécoce du potentiel de fructification a un effet améliorateur sur le calibre et sur le retour à fleur. L'augmentation de la dose induit une chute de fruits supérieure. Le stade d'application joue également un rôle important, l'efficacité diminuant avec une réalisation des traitements à l'approche de la pleine floraison.

Vincent MATHIEU (CTIFL) - N. DUPONT - Gérard FERRE (CEHM) - I. GENIVET - P. GUIGNEBAULT - Christian LAVOISIER (La Morinière) - D. MERY - Christine REYNIER (CTIFL) - J. SAINT HILARY, P. 32-35


LA PRODUCTION LEGUMIERE INTEGREE - PREVOIR, MESURER, EVALUER

Au-delà du concept de production légumière intégrée (PLI), diverses avancées techniques ont été nécessaires pour que la PLI prenne consistance dans les cahiers des charges de production. Le principe peut être énoncé, la démarche mise en oeuvre et les preuves rassurantes d'évolution des pratiques apportées. S'inscrivant dans l'objectif du développement durable, la production légumière intégrée met en oeuvre : des techniques de prévision adaptées de production en fonction des risques évalués sinon prévus ; des outils d'aide à la décision prenant en compte le risque environnemental ; des outils de mesure de l'impact des techniques sur l'environnement, la qualité des produits proposés et la situation socio-économique de l'exploitation servant à l'évaluation.

Daniel VESCHAMBRE (CTIFL) - François VILLENEUVE (CTIFL) - Jean-Robert ROOS (CTIFL), P. 36-39


ASPERSION PENDULAIRE SOUS TUNNEL 9.30 M - CHOIX ET POSITIONNEMENT POUR UNE HOMOGENEITE OPTIMALE

Depuis 1999, la Serail en collaboration avec l'Ardepi, poursuit le travail engagé sur le banc d'essai aspersion mis en place sous un tunnel de 9.30 mètres. Durant les campagnes précédentes, les dispositifs en deux rampes avaient prouvé leur efficacité. En 2003, il a donc été décidé d'approfondir dans cette direction en complétant nos données avec deux nouveaux maillages. A ce jour, trois modèles de micro asperseurs ont été retenus. Les tests vont maintenant s'orienter vers la nouvelle génération d'asperseurs sans pont qui a fait son apparition.

N. RODET - D. BEC - C. DESMYTER, P. 40-42


L'ASPERGE SAUVAGE - DE LA RECOLTE SPONTANEE A UNE PRODUCTION COMMERCIALE

L'asperge sauvage, Asparagus acutifolius, est une plante spontanée des régions méditerranéennes. Ses turions sont appréciés pour leur grande qualité aromatique. Elle pourrait devenir une culture de niche intéressante pour la restauration et la transformation. Mais pour développer sa culture, il faut résoudre le problème de la disponibilité en plants, difficile du fait de la forte dormance des graines, mieux connaître les exigences de la plante et définir les principaux paramètres culturaux. Un programme dans ce sens a été lancé en Italie. Et pourquoi pas en France ?

Didier ADAM (Ctifl), P. 43-46



Fermer la fenêtre loading
Fermer la fenêtre loading