» Mot de passe oublié ? » S'inscrire

Ctifl
» Accueil » Nos publications » Revues en ligne > Infos CTIFL

Infos Ctifl - Numéro 347 - décembre 2018

Chauffer, déshumidifier et refroidir les serres maraîchères. Étude de faisabilité par le solaire thermique

Cette étude, réalisée par le CTIFL, IDHÉLlIO et AGRITHERMIC et avec le concours financier de l’ADEME Occitanie, a permis d’analyser la faisabilité d’utiliser le solaire thermique pour chauffer et refroidir les serres maraîchères. Plusieurs scénarios ont été étudiés (besoins énergétiques de serres sous différents climats). Une centrale solaire d’une surface de 30 % par rapport à la serre permet d’envisager un mix énergétique qui se rentabilise plus vite dans les régions où le chauffage est actif toute l’année. Les temps de retour bruts sont inférieurs à 12 ans. L’association de l’air chaud produit par la centrale et d’une machine frigorifique à absorption est intéressante pour assurer la déshumidification et le refroidissement de la serre, et permet de réduire les consommations énergétiques.

Ariane GRISEY (CTIFL) - C. LEVAILLANT - V. STAUFFER - D. MARTIN, P. 36-41


Le projet MICMAC. Une contribution pour satisfaire les consommateurs

L’abricot est porteur de fortes attentes dès qu’il arrive en rayon. Malheureusement l’offre française est sévèrement remise en cause par les consommateurs, la jugeant de qualité inégale, souvent en sous maturité et avec des fruits manquant de goût. Le projet MicMac a pour ambition de mieux connaître les attentes des consommateurs et vise à fournir aux opérateurs des références sur la qualité aux différentes étapes de la filière. Autour de quatre actions complémentaires, ce projet propose de mettre en évidence les critères déterminants dans la qualité de l’abricot et ceux recherchés par les consommateurs. Il permettra d’améliorer les connaissances sur la qualité gustative de l’abricot, de quantifier les caractéristiques des produits, et de cibler les produits en réponse aux attentes des consommateurs. La prise en compte de la dimension « goût » au sens large doit permettre d’optimiser la qualité.

Valentine COTTET (CTIFL) - Brigitte NAVEZ (CTIFL) - Michel JOST (CTIFL) - Gilles CHRISTY (CTIFL), P. 30-35


Qualité nutritionnelle du raisin de table - Une étude pour définir les appétences des consommateurs

Dans cette étude (projet Innoraisin), 18 variétés ont été analysées sur le plan sensoriel et biochimique pour appréhender la variabilité de l’espace sensoriel du raisin de table et saisir les préférences du consommateur. Bien que le critère santé ne soit pas le mieux placé, les résultats suggèrent qu’un produit à haute valeur nutritionnelle permettrait la création d’un nouveau segment spécifique. D’autre part, ils démontrent qu’une barquette multivariétés peut stimuler le consommateur dans une situation inhabituelle en haussant son consentement à payer. Enfin, si les traitements SDP tendent à diminuer les déchets, à augmenter la production et le pourcentage de catégorie Extra (non statistiquement significatif), aucune différence notoire n’a été observée du point de vue physiologique et/ou biochimique. Parmi les effets du stress hydrique, seul l’effet tardif a été observé avec des résultats biochimiques à confirmer.

C. AUBERT - Valentine COTTET (CTIFL) - Christian HUTIN (CTIFL) - Catherine ROTY (CTIFL) - Danièle SCANDELLA (CTIFL) - Yoann GRACIOT (CTIFL) - J. AARROUF - Laurent URBAN - J. BOUAJILA - Sandrine COSTA (INRA) - C. VENANT-VALERY - C. COT - P. ROUSSE, P. 16-29


La consommation française de pommes - État des lieux d'une vulnérabilité multifactorielle

Les achats de pommes connaissent une érosion depuis plusieurs années. Celle-ci touche la plupart des variétés à l’exception des plus récentes comme Pink Lady ou Belchard. Néanmoins, Golden et Gala demeurent les deux poids lourds de l’offre. On constate aussi une forte croissance du segment bio qui représente aujourd’hui 7 % des achats. L’offre des points de vente spécialisés est plus diversifiée que celle des magasins généralistes, mais certaines variétés sont privilégiées dans certains circuits. Les acheteurs de pommes ont un profil plutôt senior. Cependant, ce constat est à nuancer en fonction des variétés. De plus, l’appétence pour tel ou tel profil variétal peut être très différente d’une région à l’autre.

Christian HUTIN (CTIFL), P. 10-15


Brèves

Tomate : une production 2018 en baisse…, élection du conseil d’administration d’Interfel.

Jean François BLOCH BERTHIE (CTIFL), P. 9


Journée Technique Nationale - Petits Fruits Rouges - Marché en plein essor et enjeux techniques

Plus de 200 personnes se sont retrouvées dans les Monts du Lyonnais pour la première journée nationale petits fruits rouges, organisée par le CTIFL, l’AVFF (Association pour la valorisation de la filière framboise), l’ANCG (Association nationale cassis groseille) et le SPMF (Syndicat des producteurs de myrtilles de France). Cette manifestation a permis à l’ensemble des participants (producteurs, techniciens, responsables d’achats…) de trouver des réponses pour faire face au dynamisme sans précédent du marché et aux enjeux techniques croissants (lutte contre D. Suzukii, gestion des adventices, disponibilité variétale, coût de main-d’oeuvre…).

A. DUVAL CHABOUSSOU, P. 6-8



Fermer la fenêtre loading
Fermer la fenêtre loading