» Mot de passe oublié ? » S'inscrire

Ctifl
» Accueil » Nos publications » Revues en ligne > Infos CTIFL

Infos Ctifl - Numéro 355 - octobre 2019

9e rencontre technique CTIFL/ITAB Fruits biologiques. Diversité de connaissances et de systèmes

Muriel MILLAN (Ctifl) - C E. PARVEAUD, P. 6-11


Rencontres phytosanitaires CTIFL/SDQPV légumes et fraise. Protection des cultures sous tous les angles

Devenues un rendez-­vous attendu par la filière, les dernières rencontres phytosanitaires CTIFL/­SDQSPV légumes et fraise ont rassemblé quelque 110 techniciens, producteurs, expérimentateurs et agents de firmes phytosanitaires. Les présentations se sont développées en quatre sessions : les actualités réglementaires ; le biocontrôle, pour une meilleure efficacité ; les voies d’innovation pour une protection des cultures plus respectueuse de l’environnement ; les nouveaux produits.

François VILLENEUVE (CTIFL) - S. SZILVASI, P. 12-16


Brèves

Brèves : Variétés et porte-greffe fruitiers : le réseau d'évaluation du CTIFL en pleine rénovation. Pomme : Hausse de la production en 2019. Poires : campagne 2019, mi-Figue, mi-raisin. Concombre : des estimations à la hausse ... de même qu'en courgette. Jacques Rouchaussée et Ludovic Guinard au conseil spécialisé de FranceAgriMer.

Jean François BLOCH BERTHIE (CTIFL), P. 17-18


Les sujets sensibles pour les français. De quoi parle-t-on exactement ?

Une analyse sémiotique a été réalisée à partir de quatre thématiques liées à des sujets sensibles : nucléaire, OGM, vaccination et expérimentation animale. L’analyse sémiotique s’utilise afin d’obtenir une meilleure compréhension de la communication à partir de supports associés. La multiplicité des acteurs impliqués (publics, privés) renforce les conflits d’intérêts potentiels et les risques de devenir sensible. Les défenseurs, les opposants et les citoyens partagent des points de vue différents dont la convergence est complexe à trouver. En termes de chronologie d’acceptation, il est d’abord nécessaire de proposer un cadre stable et crédible. Par la suite, il s’agira d’assurer la maîtrise de la mise en œuvre en prenant en compte les potentiels effets rebonds. Enfin, la création de proximité se fera en jouant la transparence et l’anticipation.

Gilles CHRISTY (CTIFL) - C. KLAPISCH, P. 19-23


Vergers de pommier en deux ou trois dimensions. Evaluation technico-économique de systèmes de conduite

Cette étude compare les performances technico-économiques de plusieurs modèles de vergers. Le verger en Axe vertical est considéré comme une forme en 3 dimensions. Celui-ci est comparé avec des vergers en 2 dimensions (Mur fruitier, Aximum©) établis à partir de plants (monoaxe et biaxe) préformés en pépinières. Les premiers résultats montrent des productions, des charges annuelles et des coûts d'investissement plus importants sur les vergers en 2 dimensions. Toutefois, après cinq années d'observation, les vergers 2D présentent des performances économiques supérieures sur les deux variétés étudiées (Simmons (cov) et Rosy Glow (cov)). Et les meilleures performances agronomiques et économiques sont obtenues sur les conduites Mur fruitier et Aximum© avec des plants préformés biaxes type Bibaum® et le porte-greffe G 11 (cov).

Laurent ROCHE (CTIFL) - Sandrine CODARIN (CTIFL) - M. DAIRY, P. 24-34


Réduction des intrants et durabilité des systèmes de production. Synthèse des résultats du projet Cap Red

CAP ReD vise à concevoir et évaluer des vergers de cerisier, abricotier, prunier d’Ente, prunier américano-japonais et mirabellier, permettant de réduire l’usage des produits phytosanitaires par deux, tout en conservant les performances technico- économiques. Les expérimentations systèmes, conduites par 9 partenaires dans 10 sites de 2013 à 2018, combinent de nombreux leviers d’action. Ainsi, 17 systèmes économes en produits phytosanitaires (ECO) sont comparés chaque année à 11 systèmes de référence (PFI). Ces systèmes ECO ont permis une réduction moyenne de 58 % des IFT hors biocontrôle. L’objectif « zéro herbicide » a été atteint dans la majorité des systèmes. Le rendement commercialisable est plus faible dans ECO (- 19 %), sauf dans les systèmes à haute densité ou biaxe d’arbres. Ainsi, le coût de production des systèmes ECO est en moyenne supérieur de 20 %.

Muriel MILLAN (Ctifl) - T. DEFERT - L. BRUN - V. GALLIA - E. HOSTALNOU - D. MONTY - E. KOKE - V. LESNIAK - R. SEGARD - O. SIMLER - M H. RAMES, P. 35-46


Gestion des punaises phytophages en cultures maraîchères. Bilan du projet Impulse à mi-parcours

Inauguré en 2017, le projet IMPULsE arrive à mi-parcours avec les premiers résultats. Plusieurs méthodes ont été évaluées sur tomate, aubergine et chou pour la gestion des punaises phytophages. De plus, un travail important de caractérisation des punaises appartenant au genre Lygus a été réalisé afin de mieux connaître ces ravageurs très problématiques en culture d’aubergine. À ce stade, les méthodes de gestion basées sur la protection physique (filet, pièges chromatiques englués) et la lutte biologique (auxiliaire parasitoïde et entomophage) donnent les résultats les plus intéressants, en cultures de tomate et aubergine sous abri ; celles établies sur la biodiversité fonctionnelle (utilisation de plantes pièges) montrent également un réel intérêt pour la gestion de la punaise du chou en plein champ.

Benjamin GARD (CTIFL) - P. PIERRE - A. BARDEL, P.



Fermer la fenêtre loading
Fermer la fenêtre loading