Panorama des solutions étudiées par la recherche et l'expérimentation Abonnés

Journée nationale Drosophila suzukii 2022

Panorama des solutions étudiées par la recherche et l'expérimentation
Sommaire A A
logo de LinkedIn logo de Twitter logo de Facebook

Le 24 mars 2022, CTIFL (Balandran) - Cet évènement a rassemblé les professionnels et les acteurs de la recherche pour échanger sur les dernières avancées autour de la lutte contre le ravageur Drosophila suzukii. Les 126 participants ont assisté à 16 interventions techniques et scientifiques dédiées à la mouche aux ailes tachetées. Ils ont pu, au travers de différents stands, s'initier à la reconnaissance du ravageur et de ses parasitoïdes et aussi rencontrer les exposants venus présenter les dernières innovations techniques.

Publié le 01/07/2022

Temps de lecture estimé : 12 minutes

Des projets en Suisse et en France

Louis Sutter de l'Agroscope a présenté les travaux menés en Suisse entre 2015 à 2020 dans le cadre du projet Task Force Drosophila suzukii (https://www.agroscope.admin.ch/agroscope/fr/home/themes/production-vegetale/protection-vegetaux/drosophila-suzukii/task-force-drosophila.html). Les thématiques de travail étaient les baies, les fruits à noyaux, la vigne, l'agriculture biologique et la recherche fondamentale. Les essais menés ont montré une faible corrélation entre le piégeage et le taux d'infestation des petits fruits, la nécessité de mettre en place des mesures prophylactiques sur le terrain ou encore la très bonne efficacité des filets. Ils concernaient aussi le suivi de populations, l'efficacité de l'argile ou la sensibilité des cépages. Ces résultats concordent avec ceux acquis lors du premier projet CasDAR Drosophila suzukii porté par le CTIFL de 2013 à 2016.

Aliénor Royer, lors d'un retour sur les trois années d'essai du projet ­FranceAgriMer « Lutte contre les mouches en verger de cerisiers » porté par le domaine expérimental La Tapy, a rappelé que des stratégies de protection ont été spécialement étudiées pour la production en agriculture biologique. À ce jour, les produits phytosanitaires homologués en agriculture biologique ou des ajouts de substances de base comme le sucre n'ont pas démontré leur efficacité. Les huiles essentielles, qui sont non homologuées, ont des résultats intéressants en laboratoire mais aucune efficacité avérée en plein champ. C'est aussi dans ce projet que les résultats de protection des fruits par l'argile ont été soulignés et les premiers essais sur filets périphériques commencés.

Ce contenu est réservé aux abonnés CTIFL, abonnez-vous pour pouvoir profiter de tous les articles