Régulation naturelle du puceron cendré du pommier Abonnés

Verger multi-espèces ALTO

Régulation naturelle du puceron cendré du pommier
Sommaire A A
logo de LinkedIn logo de Twitter logo de Facebook

Dans la parcelle ALTO du centre opérationnel de Balandran, un ensemble de moyens agroécologiques est mobilisé pour pallier la limitation drastique des traitements phytosanitaires et augmenter la résilience du verger vis-à-vis des bioagresseurs : diversification des cultures fruitières, couverts végétaux et aménagements agroécologiques en faveur de la biodiversité. À travers l'exemple d'un ravageur, le puceron cendré du pommier Dysaphis plantaginea, les mécanismes de la régulation naturelle en verger diversifié sont étudiés.

Publié le 10/01/2022

Le verger diversifié ALTO : la biodiversité comme levier majeur de la réduction des intrants phytosanitaires

Le site Alto du centre opérationnel de Balandran fait partie du projet « systèmes en ArboricuLture et Transition agroécologique Alto », financé par le plan Ecophyto et piloté par l'Inrae de Gotheron. La parcelle expérimentale consiste en un verger diversifié et ­multi-espèces conduit avec zéro IFT (Indicateur de Fréquence de Traitements phytosanitaires) hors produits de biocontrôle ayant peu d'impact sur la faune auxiliaire et avec une utilisation réduite de cuivre et de soufre.

Les pratiques culturales sont adaptées dans l'objectif de favoriser la biodiversité fonctionnelle avec un respect des enherbements et un entretien des rangs selon la méthode sandwich. Plusieurs grands principes de la lutte biologique par conservation y sont appliqués, notamment favoriser la présence d'abris et de ressources tout au long de l'année. Cela s'obtient grâce à la diversification des espèces végétales et à la mise en place d'aménagements tels que des haies, des enherbements fleuris et des engrais verts, une butte de plantes aromatiques, une mare, des nichoirs, etc. (­Ricard et al., 2020). De nombreux suivis sont assurés dans cette parcelle : biodiversité des vertébrés et des invertébrés (chiroptères, rapaces, araignées et auxiliaires aériens, carabes et faune du sol), mesures agronomiques et technico-économiques destinées aux indicateurs d'évaluation du système (dégâts, rendement, qualité, chiffre d'affaires et marge brute, IFT global et par culture). Des travaux sont effectués sur la dynamique des principaux ravageurs et leur régulation naturelle, notamment sur le puceron cendré et le carpocapse du pommier ou la teigne et la mouche de l'olivier, en essayant de trouver des liens avec les ennemis naturels et les aménagements.

Ce contenu est réservé aux abonnés CTIFL, abonnez-vous pour pouvoir profiter de tous les articles