Bilan de trois années d'essais sur l'utilisation de couverts intercalaires mixtes Abonnés

Projet BAAMOS

Bilan de trois années d'essais sur l'utilisation de couverts intercalaires mixtes
Sommaire A A
logo de LinkedIn logo de Twitter logo de Facebook

Les couverts intercalaires mixtes, en agissant sur la biologie du sol peuvent permettre de diminuer les besoins en fertilisants des cultures commerciales.

Publié le 01/09/2022

Temps de lecture estimé : 12 minutes

La problématique du lessivage des nitrates

L'azote (N) est un élément essentiel à la croissance des cultures. Il est présent dans le sol sous forme organique, sa forme majoritaire (détritus végétaux ou animaux, humus, etc...) ou sous forme minérale (par exemple nitrate NO3, ammonium NH4+, ammoniac NH3). Un déficit en azote peut amoindrir les rendements tandis qu'une surfertilisation des cultures est source d'inefficacité économique mais également potentiellement l'origine de fuites vers les eaux. La forme minérale nitrique de l'azote (NO3) est très soluble dans l'eau et peut donc être lixiviée dans les eaux de surface et dans les eaux souterraines. Les nitrates figurent parmi les polluants les plus problématiques des eaux souterraines. En France, la très grande majorité de l'eau potable provient des eaux souterraines. La pollution de ces eaux a donc un impact direct sur l'utilisation de cette ressource pour en faire de l'eau potable. En 2017, plus de 60 % de ces eaux dépassent le seuil de présence naturelle des nitrates dans les nappes et, en 2018-2019, 13 % de ces eaux dépassent la limite de 50 mg par litre, le seuil limite pour l'utilisation en eau potable. Lorsque l'azote ou le phosphore est présent en trop grande quantité dans l'eau, un phénomène nommé « eutrophisation » peut survenir : cela conduit à une prolifération végétale, notamment des algues qui se nourrissent des nitrates présents dans l'eau. Sur le littoral, une prolifération massive d'algues vertes est une manifestation de l'eutrophisation du milieu, engendrée par un excès de nutriments, notamment de l'azote via les nitrates.

Une meilleure gestion de la fertilisation des cultures est indispensable pour limiter les risques de pollution aux nitrates. Ces améliorations peuvent concerner la culture en elle-même par l'amélioration des connaissances des besoins précis des cultures aux différents stades de croissance ou bien le développement d'outils de pilotage des apports. Elles peuvent également concerner l'environnement de la culture notamment via l'augmentation de la fertilité du sol. Cet article fait le bilan de trois années d'étude sur l'utilisation des couverts intercalaires comme levier de fertilisation du sol. Les travaux ont été menés en contexte ligérien sur le centre CTIFL de Carquefou dans le cadre du projet BAAMOS­ pour Besoins azotés des cultures et apports de matière organique­ sur une succession culturale. Ce projet porté par l'ARELPAL a été financé par la région Pays de la Loire et Interfel.

Ce contenu est réservé aux abonnés CTIFL, abonnez-vous pour pouvoir profiter de tous les articles