Perception de l'origine et du conditionnement par le consommateur d'abricots Abonnés

Assortiment et segmentation de l'abricot

Perception de l'origine et du conditionnement par le consommateur d'abricots
Sommaire A A
logo de LinkedIn logo de Twitter logo de Facebook

Dans son processus d'achat, le consommateur détermine par sa perception le niveau qualitatif du fruit. L'étude menée en 2021 mesure les critères de qualité et de préférence des consommateurs d'abricots quant à l'origine et au conditionnement.

Publié le 01/09/2022

Temps de lecture estimé : 16 minutes

Contexte et objectifs

L'abricot bénéficie d'une représentation positive auprès des consommateurs. La perception qualitative de l'offre est toutefois moins unanime. Près de 80 % des consommateurs estiment que la qualité de l'offre est inégale, avec un consommateur sur deux qui se déclare insatisfait de la maturité et du goût des abricots. Face à ce constat, le projet MICMAC, mené entre 2018 et 2020, visait à déterminer les critères qualitatifs de l'abricot afin d'accroître la satisfaction perçue. Les résultats de cette étude et de l'étude « La perception de l'offre abricot, le CTIFL enquête sur les consommateurs » [1] mettent en avant les principaux critères d'achat : couleur, maturité, provenance et prix. L'étude de 2019 [1] indique que la couleur du fruit est perçue comme un gage de qualité. La couleur préférée des consommateurs est l'orange et l'orange pigmenté de rouge. Et, à l'inverse, les couleurs jaunes ou rouges engendrent une absence d'appétence et les teintes vertes sont rédhibitoires. Les consommateurs sont unanimes et consomment des abricots mûrs. Les avis quant à la maturité du fruit à l'achat sont néanmoins partagés : trois consommateurs sur cinq privilégient les abricots mûrs, alors que deux sur cinq préfèrent acheter des produits fermes, par choix ou crainte de périssabilité.

Adoptée en février 2020, la loi AGEC (loi antigaspillage) interdit progressivement, depuis le 1er janvier 2022, les emballages plastiques pour les fruits et légumes frais non transformés – sauf pour les fruits et légumes présentant un risque de détérioration lors de leur vente en vrac ou pour les fruits et légumes vendus par lots de plus de 1,5 kg. Le décret relatif à l'abricot s'appliquera à partir du 30 juin 2023. Il est alors nécessaire pour les acteurs économiques de la filière de trouver une solution alternative. Selon les études menées par le CTIFL [2], les consommateurs ont une connaissance des différents conditionnements, distinguant le vrac et l'emballage. Ils n'attribuent cependant pas d'origine ou de variétés aux différents conditionnements.

Ce contenu est réservé aux abonnés CTIFL, abonnez-vous pour pouvoir profiter de tous les articles