Focus sur l'amélioration variétale et la protection du matériel végétal Abonnés

Journée nationale Cerise

Focus sur l'amélioration variétale et la protection du matériel végétal
Sommaire A A
logo de LinkedIn logo de Twitter logo de Facebook

Le 23 mars 2022, CTIFL (Balandran) - Près de 100 personnes, techniciens, producteurs, pépiniéristes, hybrideurs, expéditeurs et enseignants, se sont réunis pour une journée intégralement consacrée à la cerise douce. Les thèmes traités ont été : les tendances sur le marché de la cerise (production, échanges, consommation), le matériel végétal et la conduite, le post-récolte ainsi que les répercussions du changement climatique sur le cerisier. Les éléments concernant la mouche Drosophila suzukii ont été abordés le lendemain dans une journée multi-espèces dédiée au ravageur.

Publié le 01/07/2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Caractéristiques du matériel végétal cerise

Forte variabilité interpays de la gamme variétale

Une enquête, réalisée en 2017 dans le cadre du groupe de travail COST Cherry (voir encadré) auprès de 24 pays producteurs de cerises, a permis d'identifier la diversité des variétés cultivées dans ces pays. Avec une forte variabilité interpays, ce sont au total 132 variétés qui ont été listées. C'est en France et aux États-Unis que l'on en trouve le plus grand nombre, avec pour les deux pays, 26 variétés citées avec plusieurs occurrences. Viennent ensuite la Chine et ses 18 variétés, la Roumanie et ses 15 variétés, le Danemark et ses 14 variétés puis l'Espagne et ses 13 variétés. À l'opposé, la Turquie ne déclare qu'une seule variété, 0900 Ziraat.

De nombreux programmes d'amélioration variétale

Chez les Prunus, l'espèce cerise est la deuxième espèce la plus active en termes de création variétale, après le pêcher. Entre 1991 et 2004, ce ne sont pas moins de 230 nouvelles variétés commerciales qui ont été créées. L'ouvrage Cherries (J. Quero-Garcia et al. ; 2017), issu du groupe de travail COST Cherry, décrit en 2017 l'existence de 22 programmes publics et de plusieurs programmes privés de grande envergure aux États-Unis (Californie), en France et en Allemagne notamment. Le plus ancien programme public de recherche recensé est celui de Cornell University (États-Unis) commen­cé en 1900. Le programme public canadien Summerland, commencé en 1936 a été le premier à proposer des variétés autofertiles, telles que Stella, Lapins et Sweetheart®Sumtare(cov). On note également l'existence de plusieurs programmes à la fois publics et privés, comme en France, avec le programme d'amélioration variétale de l'INRAe-CEP Innovation, commencé en 1978, qui a donné naissance notamment aux variétés Folfer(cov), Ferdouce(cov), Fertille(cov) et Ferdiva(cov).

Ce contenu est réservé aux abonnés CTIFL, abonnez-vous pour pouvoir profiter de tous les articles