Maîtriser les pucerons des arbres fruitiers en limitant l'utilisation des insecticides Abonnés

Méthodes alternatives de protection en vergers

Maîtriser les pucerons des arbres fruitiers en limitant l'utilisation des insecticides
Sommaire A A
logo de LinkedIn logo de Twitter logo de Facebook

Le contexte actuel de retrait des familles chimiques et plus particulièrement des insecticides, impacte la maîtrise sanitaire des vergers face aux pucerons qui devient un enjeu de plus en plus difficile à traiter. Le programme Casdar multi-partenarial Simpa propose d'étudier, entre 2021 et 2024, des alternatives pour limiter le recours aux insecticides.

Publié le 01/11/2021

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Puceron cendré du pommier et puceron vert du pêcher, des problématiques majeures en vergers

Parmi les bioagresseurs des arbres fruitiers, le puceron cendré du pommier, Dysaphis plantaginea, est un ravageur redoutable. Sa capacité de colonisation précoce (émergence à la température de 4,5 °C) et son développement exponentiel en saison (d'avril à juin) provoquent de nombreux dégâts sur la récolte de l'année : fruits déformés, fruits de très petits calibres non valorisables ou fruits déformés et de très petits calibres (Photos 1C et 1D). Plus grave encore, son action affecte la pérennité du verger, ralentit la pousse végétative, affaiblit le verger, limite le retour à fleur l'année suivante (Dib et al., 2016) entraînant une production valorisable insuffisante pour assurer la rentabilité du verger.

Photos 1 : Foyer de pucerons cendrés sur pousse de pommier (A) et de puceron vert sur pêcher (B), dégâts sur pommier en fin de saison (C) et fruits pygmées (D)

Ce contenu est réservé aux abonnés CTIFL, abonnez-vous pour pouvoir profiter de tous les articles