Des variétés résistantes... et intéressantes ? Abonnés

Innovation variétale en raisin de table

Des variétés résistantes... et intéressantes ?
Sommaire A A
logo de LinkedIn logo de Twitter logo de Facebook

Le mildiou et l'oïdium sont les deux principaux bioagresseurs du raisin de table : ils concernent près de 80 % des traitements. L'utilisation de variétés résistantes à ces champignons pourrait permettre de réduire très fortement l'utilisation de produits phytosanitaires.

Publié le 01/09/2021

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Des premiers programmes de croisement...

Les premières tentatives de croisement de variétés de Vitis vinifera datent d'avant les années 1900. Elles résultent des crises sanitaires liées à l'introduction de l'oïdium puis du phylloxéra et enfin du mildiou. Il a fallu attendre 1974 pour que des hybridations entre Vitis vinifera et Muscadinia rotundifolia soient réalisées. Cette hybridation est la base de différents programmes dont TABLE-RES1 initié en 2007 et mené par l'Unité mixte technologique Geno-Vigne et l'unité « Diversité­ et adaptation des plantes cultivées » (Inra ­Montpellier). Les premiers croisements issus de ce programme ont permis d'obtenir des variétés à la résistance confirmée, mais dont les caractéristiques variétales n'étaient pas satisfaisantes : goût peu agréable, pépins très présents, grappes trop compactées... Les plus prometteurs d'entre eux ont été croisés avec la variété Centennial afin d'en améliorer les caractéristiques variétales tout en conservant la résistance.

1 Programme pour les variétés à raisin de table, financé par des fonds FEADER via la région PACA

Ce contenu est réservé aux abonnés CTIFL, abonnez-vous pour pouvoir profiter de tous les articles